Blog

legumes-alicaments-pawoka

Guide des aliments : les légumes de chez nous

  |   Blog

Du Guide des aliments de QA collectif, un éditeur québécois, on retrouve une sélection de nos produits avec des informations clés que nous vous reportons dans cette article. PAWOKA vous y apporte  des informations complémentaires notamment sur leurs vertus en tant qu’alicaments.

 

 

 

Le malanga

Xanthosoma sagittifolium 

 

malanga-pawoka

C’est un aliment de base aux Antilles. il est entre la patate douce et le taro. il contient donc beaucoup d’amidon. On l’utilise traditionnellement rapé dans la préparation des accras (hummmm !) . Indication d’utilisation:

  • peler le malanga
  • le recouvrir d’eau fraiche
  • le cuire pendant 20 minutes
  • servir comme légume d’accompagnement

 

 

 

 

 

La christophine (ou chayote)

Sechium edule

 

christophine-pawoka

 

Très cultivées dans les pays tropicaux, elle fait penser à une sorte de poire verte. Elle renferme un noyau comestible après cuisson. On la consomme crue ou cuite, incorporée aux salades, ou telle quelle avec une petite vinaigrette. Le plat culte: le gratin de christophine témoigne que ce soit un légume succulent. Elle s’adapte facilement à l’alimentation des nourrissons lors de la diversification.

Usage en médecine traditionnelle: contre l’hypertension artérielle, rapée en masque contre les tâches du visages.

Fiche prochainement disponible.

 

 

 

 

 

 

Le Paroka (melon amer) (grande taille)

Momordica charantia

 

paroka-pawoka

 

Très amer, dans la cuisine indienne de nos régions, il est facilement associé à la morue. Dans la cuisine chinoise, il est cuit à la vapeur ou incorporé dans la préparation suivante (à tester!): porc, oignon, gingembre, sauce aux haricots noirs.

Il est aussi souvent ajouté aux potages. Retrouvez sa fiche pour les usages en médecine traditionnelle ici ou dans votre application mobile PAWOKA (télécharger)

 

 

 

Le concombre

Cucumis sativus

 

concombre-pawoka

 

 

Il existe de nombreuses variétés de concombre. Celle produite chez nous est moins longues que la variété européenne. Le concombre est généralement consommé cru mais peut aussi être cuit. il est alors assimilé à la courgette.

Le saviez-vous ? Réduit en purée, il peut remplacer jusqu’aux 3/4 l’huile d’une vinaigrette, ce qui diminue favorablement les calories 😉 !

C’est une excellente source de potassium (K+), d’acide folique et de vitamine C.

 

 

 

 

Le gombo

Hibiscus esculentus et Abdelmoschus esculentus

 

gombo-pawoka

 

Sa substance mucilagineuse est très utile pour épaissir les soupes et les ragoûts. Le gombo se mange cru ou cuit et fait parti de nombreux plats créole. Il se marie parfaitement avec la tomate, la coriandre, le curry, l’origan, le citron et le vinaigre. Fragile, il se conserve 2-3 jours au réfrigérateur.

Nous on adore les blaff de gombo avec un sauce chien ;P

Usage en médecine traditionnelle: pour favoriser l’accouchement (croyances donc à vérifier 😉 ! ), laxatif, les problèmes de peau. Fiche prochainement disponible.

 

L’avocat

Persea americana

 

avocats-pawoka

 

Astuce: l’avocat est à point quand il cède légèrement à une pression du doigt. S’il est très mou, c’est qu’il est trop mûr. Il se consomme cru. Bon à savoir, il supporte mal la cuisson. C’est une excellente source de potassium (K+) et d’acide folique. C’est aussi un bon apport de graisse qui remplace facilement une vinaigrette.

Usage en médecine traditionnelle: recommandé aux diabétiques mais aussi aux insuffisants cardiaques et rénaux, car contient peu de glucides et pauvre en sodium. L’usage alimentaire et cosmétique très répandu. Fiche prochainement disponible.

 

 

 

 

L’aubergine

Salanu melongena

 

aubergine-pawoka

 

D’origine indienne, c’est l’un des aliments phare depuis plus de 2500 ans. c’est une bonne source de potassium (K+).

 

 

 

Le cresson

Nastitum officinale et Lepidium sativan

 

cresson-pawoka

 

Ce légume feuille se consomme cru ou cuit. Il est excellent en salade ou en potage. C’est une excellente source de vitamine C, A et de potassium (K+).

 

 

 

 

 

 

 

 

Le pourpier

Portulaca oleracea

 

pourpier-pawoka

 

Excellente source de potassium et de magnésium.

Riche en oméga 3. Succulente dans les potages et en salade crue ou cuite ! Préférer une cuisson douce ou à la vapeur pour préserver les propriétés.

Retrouvez sa fiche pour les usages en médecine traditionnelle ici ou dans votre application mobile PAWOKA (télécharger)

 

 

 

L’ortie

Urtica dioïca et urens

Laportea aestuans Chew.

 

ortie-pawoka

 

Plante herbacée, aux poiles urticants, les feuilles perdent leur caractère irritant dès qu’elles sont cuisinées ou séchées. L’ortie est délicieuse en soupe associé au cresson.

Usage en médecine traditionnelle: recommandée contre les éruptions cutanées, l’hypertension, les vers, l’aménorrhées. Fiche détaillée prochainement disponible.

 

 

 

La patate douce

Ipomoea batatas

patate-douce-pawoka

 

Elle se consomme cuite comme la pomme de terre, mais n’est pas du tout de la même famille, contrairement à ce que l’on pourrait penser. La patate douce est une excellente source de vitamine A.

 

 

 

 

 

L’igname

Dioscorea spp.

igname-pawoka

 

C’est l’un des aliments le plus consommé dans le monde. Elle constitue un aliment de base aux Antilles. Elle se consomme cuite comme la patate douce. On la pèle et on la coupe en cube, puis on la cuit 10 à 20 minutes à l’eau salée bouillante. Elle aussi délicieuse frite ! (on vous recommande l’huile de coco dans une poêle, les lamelles d’igname sautée sont un régale). C’est également une source de potassium (K+).

 

 

 

 

Le madère (ou taro)

Colocasia esculenta

madere-pawoka

 

Bien que recouvert d’une épaisse peau, sa chair couleur crème, farineuse et à peine sucrée. Il contient un liquide collant, il est d’ailleurs recommandé de se munir de gants pour le peler ou alors sous l’eau courant (moins fan, évitons le gaspillage !). La cuisson se fait en 20 minutes à l’eau bouillante, comme l’igname, la patate douce. Il est courant de les cuir ensemble. Il est riche en potassium (K+).

 

 

 

 

Le Tapioca

 

 

tapioca-pawoka

 

Fécule extraite de l’amidon du manioc. Il est très utile pour épaissir les soupes, les ragoûts et le pudding. Il prend carrément la saveur du met auquel on l’ajoute. Cuit dans du lait, il donne de délicieux desserts. Sa cuisson est simple mais nécessaire de le bien le brasser pour éviter les grumeaux.

Le saviez-vous ? Le thé aux billes de tapioca fait une fureur, notamment aux Etats-Unis, et dans les pays asiatiques. Le phénomène s’appelle le Bubble thea.

 

 

 

Le Manioc

Manihot esculenta et dulcis

manioc-doux-pawoka

 

Tubercule phare des régions tropicales, sa chaire blanche ne nous laisse pas indifférents. Le manioc amer dont on obtient le tapioca est comestible uniquement après avoir subi divers traitement. Alors que le manioc doux ou KA MANIOC est consommé comme les autres tubercules.

Usage en médecine traditionnelle: le manioc amer rapé est utilisé en cataplasme sur les articulations douloureuses. Fiche détaillée prochainement disponible.

Le saviez-vous ? Les indiens tiraient un vin du manioc.

 

 

 

 

 

Topinambour

Helianthus tuberosus

topinambour-pawoka

 

Quelques similarités avec le gingembre. Sa chair blanche jaunâtre est croquante, juteuse et croquante. Il est préférable de le peler avant la cuisson, sans trop attendre. On le consomme facilement en purée (notamment pour les enfants), au gratin ou à la crème. Cru, on l’ajoute aux salades ou servi en hors-d’oeuvre avec un jus de citron. Il s’accompagne parfaitement au poireau et à la volaille.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

livre: ici

Rédaction: PAWOKA

Crédit image: Guide des aliments